La politique de Future Motion

onewheel logo

La politique de FUTURE MOTION


Future Motion est implantée à Santa Cruz, Californie. Le spot préféré des surfeurs californiens.
Au début, en 2015, Future Motion était plutôt cool. L’esprit startup, ils venaient de sortir le Onewheel (v1) qui était à l’époque un ovni. Puis, en 2017, le Onewheel+ est sorti avec 50% de puissance supplémentaire et a connu beau succès. Il ne lui manquait plus que l’autonomie.
Finalement, en 2018, le XR est arrivé avec ses 20-30km d’autonomie et un énorme succès avec près de 45 000 exemplaires vendus les trois premières années. Jusqu’en 2019 tout allait bien malgré quelques petits soucis sur XR.

A cette époque là, les Onewheels étaient réparables, les composants d’occasion étaient rares et chers mais interchangeables d’une board à une autre. Les premières batteries JWXR et CBXR capables de passer l’autonomie de 20-30km à 35-45km venaient de voir le jour. Les utilisateurs étaient contents. C’était presque le paradis quoi !

Mais Future Motion n’a pas vu tout ça d’un bon œil. Tous ces gens qui réparaient eux même leur Onewheel et changeaient eux même la batterie par des batteries de plus grande capacité ??? ça ne leur a pas plu du tout ! Ils se sont rendus compte que c’était un manque à gagner énorme !!! Ils ont donc entrepris peu à peu de complètement verrouiller le Onewheel pour qu’on ne puisse rien réparer soi même. Une évolution de politique chez Future Motion qui a commencé dès la deuxième version du Onewheel : le Onewheel+.

Les pièces de rechange

Chez tout industriel digne de ce nom, il est tout à fait possible de commander des pièces de rechange et des consommables. Chez Future Motion, non. On peut trouver certains consommables tels que les pads et les bumpers auprès des revendeurs ou directement auprès du fabricant. Il est aussi possible de commander les chargeurs, fenders et autres accessoires. Mais il est impossible de commander tout ce qui se trouve au cœur de la bête.

On parle de quoi ?
On parle essentiellement des pièces maîtresses les plus couteuses.

Il est donc impossible d’acheter ces pièces chez nos chers revendeurs, ni en direct chez le fabricant. Ce qui pose sacrement problème lorsque la panne arrive. Le cas typique, c’est la personne qui roule sous la pluie et son Onewheel ne marche plus ! L’eau s’est infiltrée et l’électronique a été touchée. C’est ce qu’on appelle le water damage et qui représente environ 80% des pannes sérieuses.

Le Onewheel doit alors partir en SAV aux USA. Pas le choix ! Les revendeurs n’ont pas été formés et sont de fait totalement incompétents.

Par ailleurs, il n’existe à ce jour aucune documentation technique sur leurs produits. Toute l’information disponible sur internet a été diffusée par les utilisateurs qui se sont mis à ouvrir les machines et ont découvert le cœur de la bête.

Des défauts de fabrication, de conception ? ou pas ?

Les défauts de conception ou de fabrication sont nombreux sur nos Onewheels allant des câbles d’équilibrage sur PintX qui se dénudent créant des court circuits aux câbles d’alimentation qui se détachent en plein ride sur GT. Sur les boitiers batterie de XR par exemple, il y a un couvercle. Au bord de ce couvercle, il y a un trou. Croyez le ou pas mais ce trou ne sert à rien du tout. Il n’a aucune fonction. Manque de bol, ce trou est situé juste en dessous de là où se visse le pad arrière avec une vis de 10mm.

Si l’on visse le pad arrière avec une vis à peine trop longue, de 12 ou 15mm, la vis n’est pas stoppée par le couvercle. Elle passe à travers et vient percer le boitier en plastique rigide dans lequel se trouve une batterie Li-ion et permettant à l’eau de s’infiltrer. C’est le genre d’erreurs que n’importe quel débutant fera. S’il ne le sait pas, c’est le genre d’erreurs que n’importe quel technicien fera aussi et qui va causer de gros dégâts.

Question pour un champion : Est-ce une énorme erreur de conception ou pas ?
FM l’a peut être fait exprès pour que l’eau rentre dans le boitier et que, de façon aléatoire, ça créé des pannes graves. Nul ne peut l’affirmer mais nous avons notre idée.
Il n’y a aucune documentation technique nous disant quelle vis va ni où elle va et c’est bien dommage.

Le SAV des revendeurs à revoir

C’est l’un des enjeux principaux de la politique commerciale de Future Motion. Au début, cette entreprise avait besoin d’un réseau de revendeurs pour promouvoir son produit qui n’était pas du tout connu. Le produit a ensuite connu le succès que l’on connait mais il n’y a eu aucun transfert de compétences. Il savent changer un bumper, un pneu, un pad, une batterie mais ça s’arrête là malheureusement.

Les revendeurs du réseau Onewheel n’ont donc pas la compétence pour les grosses pannes, celles qui coutent cher à réparer. Ils ne disposent pas non plus des pièces de rechange les plus stratégiques (Contrôleur, BMS, Batterie) ce qui n’arrange rien et, en cas de grosse panne, la board doit partir chez le fabricant pour être remise en état dans le seul centre technique sur terre, à San José en Californie. La facture peut facilement grimper entre 700$ et 1000$ car il y en a déjà pour 300$ rien qu’en frais de port via FedEx/UPS.

👉🏼 Voir aussi : FedEx : Embargo sur les expéditions de Onewheel

L’appairage du contrôleur et BMS

Fin 2019, Future Motion sort la Pint. Depuis cette date, tous les Onewheels qui sortent de la chaine de production en ressortent avec un contrôleur et un BMS appairés.

Alors ça veut dire quoi « appairés » ? Le Controleur et le BMS sont deux composants qui communiquent entre eux. Contrôleur et BMS « appairés » ça veut dire que sur un Onewheel le BMS et le contrôleur sont liés, il ne font qu’un. Grosso modo, dans ces discussions qu’il peut y avoir entre les deux composants, le contrôleur vérifie que le BMS a le bon numéro de série. Quand les composants sont appairés, on ne peut les remplacer par un BMS ou un contrôleur provenant d’un autre Onewheel. Concrètement, si votre BMS (ou contrôleur) rend l’âme à cause d’une infiltration d’eau ou un choc violent, il vous sera impossible d’en installer un d’occasion provenant d’une autre machine.

C’est grâce à ce genre de mesures que l’indice de réparabilité de nos Onewheels est en constante baisse depuis fin 2019, pour atteindre aujourd’hui le médiocre score de 2/10 sur les modèles GT et GT-S.

Les seuls Onewheels sur lesquels c’est possible, sont les Onewheels d’avant fin 2019, c’est à dire les versions de hardware 4206, 4208 et 4209 de Onewheel XR et les modèles précédents (Onewheel+ et Onewheel v1).


👉🏼 En savoir plus sur les Versions de Hardware du XR

Les batteries JWXR et CBXR

Le Onewheel XR permettait 20 à 30km d’autonomie, ce qui est déjà pas mal à l’époque. Mais ça ne suffisait pas aux utilisateurs les plus chevronnés. Certaines firmes américaines se sont donc penchées sur le sujet en voyant qu’il y avait un réel besoin. En 2019, les firmes JW batteries et ChiBatterySystems sortent les premières batteries JWXR et CBXR capables de passer l’autonomie de 20-30km à 40-50km ! Et JW Pint & Quart de chez ChiBatterySystems pour Onewheel Pint permettant de passer l’autonomie de 10-13km à 19-24km !

Ni une ni deux, à partir de fin 2019, le fabricant décide alors de faire en sorte que ces batteries ne soient plus compatibles avec les Onewheel XR et Pint.

Future Motion contre JW Batteries

Début 2021, JW Batteries sort une puce baptisée JWFFM.
JWFFM comme JW Fuck Future Motion, c’est assez explicite, non ?

L’objectif de cette puce est de libérer le Onewheel de l’appairage BMS/Contrôleur et permettre également l’installation des batteries JWXR et CBXR. Mais comment ça marche ? En fait, cette puce se greffe entre le BMS et le contrôleur. Elle intercepte les communications entre les deux et transmet au contrôleur un numéro de série valide.

Suite à la sortie de cette puce, Future motion n’a pas manqué d’assigner JW Batteries en justice. JW Batteries ont été obligés de plier boutique. Il sont sympas chez FM hein ?

👉🏼 Voir aussi : Future Motion attaque JW Batteries

Future Motion contre Floatwheel

Novembre 2023, Future Motion assigne Floatwheel basés en Chine pour violation de brevets et réclame notamment la destruction de tous les Floatwheels.

👉🏼 Litige Future Motion vs FloatWheel
👉🏼 pour les plus courageux : Onewheel Fears Fair Play: Future Motion Sues Floatwheel, A Repair-Friendly Competitor

GT : C’est l’histoire d’un pneu en 6.5″

La grosse nouveauté de la fin 2021, c’est le Onewheel GT. Avec GT, on a plus de puissance, plus d’autonomie et on aura plus de… mal à trouver un pneu.

Effectivement, la GT est équipée d’une jante en 6.5″ et aucun fabricant de pneus n’en fabrique. Sauf bien évidemment Future Motion par le biais de Unilli qui est son fournisseur de pneus. Ça ne sera pas simple de changer le pneu de son Onewheel GT car, aux dernières nouvelles, nos chers revendeurs n’en disposeront pas. Il faudra donc envoyer le Onewheel GT chez le fabricant pour un simple changement de pneu.

👉🏼 Voir aussi : 400$ pour un pneu ?

Onewheel GT Future Motion

Les utilisateurs, outrés par cet abus de position, ont fait du bruit sur les réseaux sociaux. Le fabricant a dû lâcher du lest pour ne pas se mettre tout le monde à dos. On trouve désormais les pneus d’origine aux prix de 115€ pour le pneu lisse et 145€ le pneu sculpté ; auxquels il faut rajouter 60€ qu’on nous l’installe. Opération réalisée en 40 minutes, 90€ de l’heure, à peu près comme chez Mercedes-Benz.

GT : Cryptage des données contrôleur <> BMS

Nous avons vu précédemment que des données transitaient entre le contrôleur et le BMS. Pour rendre cette communication plus difficile, voire même impossible à intercepter, cette communication est maintenant cryptée déclare Josh Haley (Fun Factory Boards) dans cette désormais célèbre interview de Louis Rossmann sur YouTube. Et comme Future Motion ne fait pas les choses à moitié, ce cryptage se fait sur au moins 128bits, rendant la tâche des petits malins encore un peu plus complexe.

GT : Une board qui se bloque

Avec la GT, les surprises s’enchainent.
Un peu comme sur un téléphone portable, la batterie est un composant essentiel du Onewheel qui a une durée de vie limitée : entre 500 et 1000 cycles de charge avant que l’on ressente de sérieuses baisses de performance et notamment d’autonomie. Certains utilisateurs les plus curieux ont ouvert la GT et ont découvert que quand on débranche la batterie et qu’on la rebranche, la board ne marche plus. L’application nous donne alors ce joli message d’erreur :

Corrupted memory - Future Motion

La board doit alors repartir pour en Californie, direction le centre technique à San José pour être réinitialisée. (Il paraîtrait que c’est pour des questions de sécurité)

Je vous laisse le soin d’en juger avec ces deux vidéos de Louis Rossmann, grand manitou américain qui prêche pour le droit à la réparabilité depuis des années :

Why the company behind OneWheel sucks in 5 minutes or less : https://youtu.be/6G3ddOMvBws
Unplugging the battery BRICKS this device – you MUST go back to the manufacturer : https://youtu.be/KGzDCnjgUbc

Une politique digne d’Apple

Alors ok, on est pas au pays des bisounours, nous sommes bel et bien dans un monde capitaliste mais en achetant du neuf ou de l’occasion, que ce soit une voiture; un ordinateur ou un Onewheel, on doit se poser la question de la réparabilité de ce qu’on achète. Depuis que la Pint est sortie fin 2019, les Onewheels sont devenus beaucoup moins réparables.
Concrètement, passés les 24mois de garantie, que se passe t-il en cas de panne ? et bien, mis à part changer votre pneu, changer les pads et bumpers, vous ne pourrez plus rien changer/réparer vous même. Vous serez totalement dépendants du revendeur et/ou du fabricant qui est aux USA.

NB: Un aller/retour pour votre Onewheel vous coutera au minimum 300$ + frais de douane éventuels + TVA au retour.

Voilà, la philosophie de Future Motion a bien changé depuis ses débuts. On est passé de l’esprit Start Up à l’esprit Apple où le fabricant d’un super produit comme le Onewheel verrouille tout ce qui est possible de verrouiller pour que l’utilisateur n’ait plus le droit à la réparation, se cachant derrière des questions de « sécurité » pour au passage encaisser de beaux billets verts.

Sources

Pour les plus curieux, voici Josh Haley (Fun Factory Boards), grand fan et réparateur de Onewheel interviewé par Louis Rossmann. Il nous explique en détail, l’historique de toutes les modifications et évolutions que Future Motion a mis en place pour verrouiller nos chers Onewheels. Nous préférons vous prévenir, ces interviews durent plus de 2h mais elles sont assez édifiantes et nous ouvrent les yeux sur l’évolution de la philosophie de Future Motion.

Et pour les plus férus d’entre vous… cette deuxième vidéo. En réponse au patron de Future Motion suite aux nombreux problèmes de Ghosting sur le Onewheel GT survenus mi 2022, dès les premières livraisons.